FAQ
  1.  A quel âge peut-on commencer à apprendre à jouer du piano ou du violon?
  2. Qu'est-ce l'approche de la langue maternelle"?
  3. Qu'est-ce le "triangle Suzuki"?
  4. Pourquoi des cours collectifs?
  5. Pourquoi des ateliers pour parents chaque année?
  6. Pourquoi des cours pour les parents durant les premiers mois des cours de mon enfant?
  7. Les cours de musique pour le parent sont inclus les premiers mois. Que se passe-t-il si le parent souhaite continuer avec les cours de musique par la suite?
  8. Combien de temps l'enfant doit-il jouer sur son instrument durant la semaine?
  9. Enseignez-vous aussi le solfège?
  10. Comment un enfant de 2-3 ans peut-il apprendre à jouer d'un instrument?
  11. Acceptez-vous des élèves avec handicap?
  12. Peut-on commencer le programme durant le cours de l'année scolaire, après le mois de septembre?
  13. Ecoute journalière du répertoire
  14. Nous n'avons pas de piano/violon à la maison. Faut-il en acheter avant de commencer le programme?



1. A quel âge peut-on commencer à apprendre à jouer le piano ou le violon?
 
Tout d'abord sachez qu'il n'y a pas d'âge pour apprendre à jouer d’un instrument. On peut apprendre comme enfant, comme adolescent, comme adulte, même pendant la retraite. Il suffit d'être motivé et de décider de persévérer. La méthode d’enseignement s’adapte à l’âge de l’élève. A un âge plus avancé il faut un peu plus de persévérance pour arriver à de bons résultats. Plus l’enfant est petit, plus il va assimiler l’enseignement à travers ses sens et son intuition, avec très peu d’explication, apprenant presque entièrement par imitation de son professeur, et par stimulation voyant ses camarades jouer, durant les cours collectifs, et assistant à des leçons de ses camarades. En règle générale, plus l’enfant est jeune, plus lent sera son progrès durant la première année s’il n’a que 2 ou 3 ans bien que tout dépende énormément de l’environnement de l’enfant.  
Par contre, un petit enfant a un potentiel illimité pour apprendre et assimiler quoi que ce soit, n’importe quelle langue, même plusieurs langues à la fois, un ou plusieurs instruments, ou autres compétences. Que ce soit une langue, un instrument, ou toute autre discipline apprise par un être humain de manière adaptée à son âge et sans contrainte durant les 5 premières années de sa vie, il la maîtrisera par la suite avec beaucoup plus de facilité que si elle avait été apprise durant toute autre période de sa vie. Cette langue, cet instrument, ou autre compétence acquise à ce jeune âge fera partie de son être pour le reste de sa vie, car il l’aura appris par assimilation, par intuition et par son intelligence sensorielle. Alors que s’il commence plus tard, bien que les premiers progrès soient plus rapides que s’il avait commencé plus tôt, l’élève apprendra plutôt par son intellect. Cela ne veut pas dire qu’il ne pourrait jamais la maîtriser, seulement que le processus sera différent et moins aisé.
 
 
2. Qu’est-ce "l’approche de la langue maternelle"?
 
S. Suzuki était japonais d’origine. Lorsqu’il séjourna en Allemagne à l’âge de 20 ans pour perfectionner ses compétences de violoniste, il se retrouva confronté à d’énormes difficultés pour apprendre l’allemand. Il se demanda alors comment les enfants du monde entier apprennent-ils leur langue maternelle, que ce soit le chinois, le japonais, ou l’allemand, avec autant d’aise et sans soucis? Comment chaque enfant peut-il à l’âge de 6-7 ans, en maîtriser les subtilités, les nuances, la grammaire, la prononciation, etc.? En étudiant le phénomène de l’apprentissage de la langue maternelle, Suzuki en est venu à la conclusion que si tous les enfants peuvent acquérir la maîtrise d’une compétence aussi complexe que leur langue maternelle, ils sont en fait capables d’assimiler et d’acquérir énormément de compétences très compliquées, à condition que certains facteurs soient présents, notamment ceux qui garantissent le succès de l’acquisition de la langue maternelle :
 
-L’environnement, la maman parle la langue maternelle déjà avant la naissance de l’enfant qui l’assimilera par la suite. Des études scientifiques ont prouvé qu’un bébé entend bien la voix de sa mère lorsqu’il est dans l’utérus et il la reconnaît déjà juste après sa naissance. Une fois né, l’enfant entend la maman communiquer dans sa langue, elle le parle à son bébé et autour d’elle. Il l’entend aussi parler par tous les gens autour de lui, tous les jours, jour après jour.
 
-Débuter à un très jeune âge, particulièrement durant les 5 premières années de vie.
 
-On ne s’attend pas à ce que dès sa naissance un bébé parle sa langue maternelle; le progrès est lent mais dès que l’enfant émet ses premiers sons et syllabes et constate la joie de ses parents manifestée par chacun de ses tout petits progrès, il est encouragé à répéter les mêmes sons et syllabes, des milliers de fois, tous les jours, et jour après jour. Ensuite il commence à former des mots, et par la suite des phrases entières. On n’exige pas la perfection mais durant toute cette période, l’enfant est encouragé à continuer à faire des progrès, stimulé par la réaction enthousiaste de ses parents. Il n’est pas forcé à répéter les mêmes sons et mots jour après jour, c’est un jeu pour lui qu’il fait naturellement, par imitation, avec plaisir et avec enthousiasme.
 
-Dans toutes les cultures, il va de soi que tous les enfants apprennent leur langue maternelle. Les parents ne demandent jamais l’avis de l’enfant s’il désire apprendre sa langue maternelle. Ils ont une attitude entièrement positive et confiante, ne doutant jamais que leur enfant communiquera dans leur langue après quelques années. Ils ne se demandent pas si l’enfant est doué ou pas pour apprendre leur langue particulière. L’enfant est tout simplement encouragé par son entourage en toute confiance et, après quelques années, sans même s’en rendre compte, l’enfant aura maîtrisé sa langue maternelle qui sera gravée dans sa mémoire et dans son subconscient pour le reste de sa vie. Il la comprendra et la parlera en toute aise.  
Si par la suite il souhaite apprendre une langue étrangère à laquelle il n'aurait pas été exposé auparavant, par exemple après l’âge de 20 ans, cela lui demandera considérablement d’effort, de motivation et de persévérance pour arriver à maîtriser toutes les règles grammaticales, la prononciation, etc.  
 
Suzuki a inclus ces mêmes principes dans sa pédagogie de l’ "Éducation du Talent" pour enseigner le violon à des tout petits au Japon en commençant par leurs mamans : il leur enseigna le violon dans la présence de leurs enfants qui jouaient tranquillement entre eux durant les leçons de leurs mamans. Durant 3 mois, ces enfants voyaient leur maman prendre des cours et travailler sur leur violon à la maison. Ces enfants entendaient aussi chez eux le répertoire de la méthode sur des disques durant la journée, tous les jours. Leurs parents avaient créé de manière consciente un environnement riche en musique pour leurs petits. Ces enfants ont ensuite appris petit à petit à jouer le violon, désirant imiter leurs mamans et leurs camarades.
Les résultats furent sensationnels, tout comme l’avait prédit le Dr. Suzuki : quelques années plus tard, des enfants de 4 à 7 ans jouaient avec aise, qualité, expression et grande naturalité des concertos difficiles de Seitz, de Vivaldi et de Bach.
 
 
3. Qu’est-ce le "Triangle Suzuki"?
 
C’est une des clefs pour garantir le succès de cette pédagogie : Professeur, Parent, Élève.
Le rôle du parent est primordial. Durant le cours individuel de l’enfant, un des parents assiste au cours et durant la semaine, ce parent pratique avec lui au quotidien ce qui a été travaillé avec le professeur durant la leçon. En fonction de l’âge de l’élève et de son niveau, le parent sera plus ou moins impliqué dans la pratique journalière de son enfant. A mesure que l’enfant grandit et progresse, il devient plus autonome.  
 
 
4. Pourquoi des cours collectifs?
 
Ils font partie du programme selon le principe de la "Langue Maternelle". Nous créons de manière consciente un environnement stimulant l’apprentissage. Les cours collectifs sont aussi importants que les cours individuels. Lorsque les élèves voient leurs camarades jouer leur instrument et étudier ensemble le même répertoire, par leur désir inné d’imiter et de faire partie du groupe, ils sont stimulés à jouer avec plaisir et à travailler à la maison. Par l’intermédiaire des cours collectifs ils forment aussi un réseau d’amis qui sera cultivé au cours de leur enfance et de leur adolescence.
 
 
 
5. Pourquoi des ateliers pour parents chaque année? 
 
Ces séances étant essentielles pour les parents de nouveaux élèves, au début de chaque nouvelle saison 1 ou 2 nouveaux ateliers sont organisés, elles le sont aussi pour tous les autres parents. Durant ces ateliers nous faisons connaissance d'autres parents de nouveaux et d'anciens élèves, Nous discutons de nouveaux aspects du livre "Vivre c'est Aimer" de Shinizi Suzuki. Autres sujets abordés: le rôle des parents durant les cours, leur rôle pour le travail de l'enfant sur on instrument à la maison, entre autres. Les nouveaux parents bénéficient du partage d'expérience des parents d'anciens élèves, et nous terminons par un forum de "questions/réponses" adressées au professeur ainsi qu'aux parents d'anciens élèves. Le livre "Vivre c'est Aimer" est inclus dans les CHF 40.00 pour les ateliers. (Les parents ne paient cette somme que la première fois qu'ils assistent aux ateliers.)  Au fur et à mesure que les enfants progressent, de nouveaux éléments et conflits peuvent se présenter, et ces ateliers sont un forum pour en discuter et renouveler notre vision en temps que "parent Suzuki"   

Ces ateliers on lieu en principe un soir de semaine, de 20:00-21:30, à l'adresse du professeur au Grand-Saconnex.

     
   

6. Pourquoi des cours pour les parents durant les premiers mois des cours de mon enfant?

Cet élément fait partie du principe de l’approche de la "Langue Maternelle" et du "Triangle Suzuki", et est un élément essentiel au succès de cette méthode. Pas de souci si vous estimez que vous "n’avez pas de talent pour la musique", on apprend en s’amusant, sans compétition avec les autres. Par contre, si vous êtes déjà un pianiste ou un violoniste plus ou moins accompli, nous procéderons en fonction de vos compétences.


7. Les cours de musique pour le parent sont inclus durant les premiers mois. Que se passe-t-il si le parent souhaite continuer avec les cours de musique par la suite? 

     

Si vous souhaitez continuer, on peut soit organiser des cours privés avec le même professeur que votre enfant, en fonction des disponibilités et de la logistique, soit vous pouvez vous-mêmes choisir un autre professeur.


8. Combien de temps l'enfant doit-il jouer sur son instrument durant la semaine?


SVP voir le point "travail à la maison" sur la page "Règlement".  https://cdmsge.mymusicstaff.com/R%C3%A8glement    

Le travail quotidien durant la semaine dépend de chaque élève, de son âge, de son emploi de temps, de sa motivation, et de son niveau. Certains, surtout les plus petits, commencent par 2-3 minutes jusqu'à 5 fois par jour; il ne faut jamais forcer les enfants, la musique est un don tellement beau et précieux, et les enfants progressent lorsque la pratique quotidienne est un plaisir et un jeu. Après quelque temps la durée du travail quotidien s'allonge jusqu’à 5-10 minutes, 1-2 fois par jour; certains enfants font 10-15 minutes,1 fois par jour, d'autres ont la passion de faire 30-60 minutes par jour, voire 3 heures par jour en une ou plusieurs fois. Bien sûr que ces enfants progressent beaucoup plus rapidement.  
Rappelons-nous que le progrès de l’élève sera toujours en fonction de la régularité ainsi que de la qualité de son travail quotidien. Admettons qu’un élève étudie 15minutes par jour, 6 jours par semaine, 9 mois par an, (après déduction de toutes les vacances scolaires). Mise à part ses cours, il aura travaillé environ 400 heures au bout de 6-8 ans, et jouera de son instrument à un certain niveau. Des statistiques on démontré qu’un élève motivé et passionné étudiant 3 heures par jour atteindra ce même niveau en 6 mois environ, ayant étudié le même nombre d’heures, mais sur une période beaucoup plus courte. Lorsqu’on est motivé et passionné, on peut arriver à des résultats impressionnants, dans tous les domaines de la vie. On dit que le résultat du génie est : 10% de talent, 90% de perspiration.  
Quelqu’un posa la question suivante à Dorothy Delay, la légendaire professeure de violon qui a formé de nombreux grands virtuoses de notre époque : « Comment reconnaissez-vous et décriveriez-vous un talent pour la musique? »
Sa réponse fut immédiate: "Mood." ("L’état d’esprit.")

Aux ateliers pour parents nous discutons diverses idées, tactiques et tuyaux pour établir une routine quotidienne. Le but principal n'est pas de former des concertistes, bien que certains le deviennent à la longue. Le but principal est de former un beau caractère, d’élever un être humain qui a du plaisir à faire de la musique et qui a compris que pour atteindre ses objectifs, les résultats ne sont pas immédiats, il faut de la discipline et de la persévérance, jour après jour. Ceci est un concept qui s'applique pas uniquement à la musique mais à tous les domaines de la vie. 

 
9. Enseignez-vous aussi le solfège?
 
Le solfège est inclus dans les les cours en fonction de l'âge de l'enfant ainsi que de son niveau.  
 
 
10. Comment un enfant de 2-3 ans peut-il apprendre à jouer d’un instrument?
 
C’est en fait le meilleur âge pour commencer! (Voir la réponse à la question #2 sur l’approche de la "langue maternelle".) En règle générale ces enfants vont apprendre à petits pas durant la première année, par contre, par la suite ils auront appris à maîtriser l’instrument par le moyen de leur intuition et de leur intelligence sensorielle, littéralement en jouant. Beaucoup dépend de l’environnement de l’enfant auquel il a été exposé depuis sa naissance et beaucoup dépend aussi de l’engagement des parents. Plus l’enfant est petit, plus son potentiel pour l’apprentissage est flexible et moins limité.
 
 
11. Acceptez-vous des élèves avec handicap?
 
La pédagogie Suzuki s’adapte à chaque élève, sans compétition et sans règle précise de temps requis pour suivre le répertoire. Cette méthode est une thérapie particulièrement indiquée pour des enfants avec des problèmes de motricité, de dyspraxie, troubles de comportement, des enfants autistes, aveugles, de retard mental, etc. Les cours collectifs avec leurs camarades "normaux" sont très stimulants pour eux et favorisent leur développement social. (Sans mentionner l’effet positif sur les enfants sans handicap lorsqu’ils apprennent à inclure dans leur groupe un enfant différent). Certes de telles circonstances requièrent de bonnes doses de patience et de persévérance de la part des parents qui suivent diligemment le principe du "Triangle Suzuki". Il y a d’innombrables enfants avec des handicaps divers qui ont surmonté des obstacles impressionnants grâce à la musique et ont vu augmenter leur estime de soi. Le livre "Vivre, c’est Aimer" en donne plusieurs exemples émouvants; durant les ateliers pour parents nous aborderons ce sujet. Un enfant capable de communiquer dans sa langue maternelle, même si cela lui prend plus de temps que d’autres enfants, pourra aussi apprendre à jouer du piano ou du violon. En fait, il existe des enfants avec un retard verbal considérable, et qui apprennent toutefois à s’exprimer par la musique. L’enseignante Jacoline Schot a plusieurs élèves avec handicap. Un de ses anciens élèves de piano dans un pays étranger a la main droite gravement handicapée : il est né sans pouce, avec des muscles sous-développés à son bras et à sa main droits. Ce jeune enfant commença à l’âge de 8 ans à coordonner sa main droite et ses doigts grâce à l’enseignement Suzuki au piano, alors qu’auparavant, il refusait toute thérapie pour stimuler sa main. Certains neurologues, pédiatres et thérapeutes connaissant de la méthode Suzuki, recommandent des cours d’instrument de musique par cette méthode pour leurs jeunes patients handicapés.
 
 
12. Peut-on commencer le programme durant le cours de l’année scolaire, après le mois de septembre?
 
Le programme commence de préférence en septembre. Néanmoins, en fonction de la disponibilité et de la logistique du professeur et des élèves, on peut commencer à tout moment.  
 
 
13. Écoute journalière du répertoire
 
L’écoute régulière de musique et surtout du répertoire que l’élève va apprendre est une des clefs pour le succès et fait partie du concept de la "Langue Maternelle". Il suffit d'entendre le répertoire au moins 2 fois par jour, mais tous les jours, comme musique de fond. Nous recommandons aux parents de faire écouter le répertoire en audio une fois le matin, avant que l'enfant parte pour l'école et une fois en fin d'après-midi ou le soir avant de dormir. De manière inconsciente, l’enfant apprendra le répertoire, il l'aura intériorisé et au moment de le jouer, ce ne sera qu'une question de reproduire une musique qui fait déjà partie de lui. L’idéal est de commencer à entendre le répertoire du 1er cahier Suzuki 2 fois par jour déjà quelques mois, si possible 6 mois, avant de commencer le programme.
Il est aussi important d’avoir chez vous un environnement riche en musique : Bach, Mozart, Vivaldi, etc. Lorsque l’enfant entend le plus possible de la belle musique, elle deviendra une partie intégrale de son être et de manière naturelle il désirera la reproduire et l’interpréter. (Souvenons-nous du principe de la langue maternelle.)
Contactez-nous pour plus d’information sur le répertoire Suzuki du cahier 1 de piano et de violon.  
 
 
14. Nous n’avons pas de piano/violon à la maison. Faut-il en acheter avant de commencer le programme?
 
Pour le piano : il faut bien entendu avoir un piano chez soi pour que l’enfant puisse prendre les cours et travailler à la maison. La meilleure option est de commencer tout de suite avec un piano acoustique. Par contre si vous n’avez pas de piano chez vous et que vous désirez commencer mais n’êtes pas 100% convaincu de l’intérêt que votre enfant montrera au programme et/ou si vous ne vous sentez pas tout de suite prêt à faire l’investissement d’un piano, vous pouvez louer un piano acoustique ou au pire, comme second choix, temporairement utiliser un piano digital,. Assurez-vous que votre piano acoustique soit accordé régulièrement par un professionnel. Nous pouvons vous guider dans l'achat/location du piano.
 
Pour le violon : nous vous recommandons de ne pas acheter ni de louer immédiatement un violon pour votre enfant avant de commencer le programme. Il faudra prendre les mesures de l’enfant et il ne commencera pas forcément tout de suite avec l’instrument, mais avec un "violin box" et "dowel bow". En fonction de son âge, il y a une période d’initiation qui nous donnera amplement le temps de trouver le violon adéquat à sa taille. Si l’élève est plus grand, voire adulte, dans ce cas-là il lui faudra un violon tout de suite et nous vous invitons à discuter l’achat ou la location d’un violon durant un entretien avec le professeur avant d'entamer les cours.